Latest Entries »

YaPasDeSouci_cover

Y’a pas de souci!
par Michèle Bourgon
© 2014 par Les Éditions du Vermillon

Une résidence d’auteure en France? Trois mois en Petite Camargue et en Bourgogne? Oh là là!

Deux copines, Michèle et Danièle, vont à la rencontre de la Vieille France, de sa liberté, de son égalité, de sa fraternité, et découvrent les beautés, la culture, la gastronomie, le vin (y’a certainement un hic, là), mais aussi les aléas de l’existence dans le pays de leurs aïeux.

Suivez leurs aventures rocambolesques sur les pas de Montcalm, de saint Louis, de Philippe le Hardi, de Jeanne d’Arc ou de Marie-Madeleine. D’une aventure à l’autre, d’une surprise à un éclat de rire, accompagnez-les en levant votre coupe de Bourgogne ou de rosé de Provence, tapissez votre baguette de pain craquante et odorante des meilleurs fromages au lait cru, et dégustez.

Tournez les pages de ce livre plein d’humour et d’amour et souriez à la vie parce que, les Français ont raison : Y’a pas de souci!

À propos de l’auteure

Michèle Bourgon est professeure de littérature. Nouvelliste, poétesse, conférencière et blogueuse, directrice du concours littéraire Des nouvelles de Gatineau, elle consacre sa vie à sa passion, la langue française. Plusieurs de ses textes ont été publiés dans des revues au Québec, en France et en Belgique. Elle est l’auteure de Fatum! (recueil de nouvelles) publié aux Éditions du Vermillon.

Vous pouvez visiter son blogue Les humeurs de la Mère Michèle à l’adresse https://bourgonm.wordpress.com/


Commentaires personnels sur cet ouvrage

Quelle agréable lecture! J’ai ri à plusieurs reprises. Michèle Bourgon a écrit six nouvelles (inspirées de particularités culturelles de Vézelay) durant son séjour de résidence d’auteure en France; j’ai bien hâte de les lire! (Je vous recommande également de lire l’excellent Fatum!, son recueil de nouvelles portant sur le même thème: la fatalité).



FilleDeFlic_cover

Fille de flic – En quête d’âme
par Nathalie Ayotte
© 2014 par 100 inspirations, Éditions

Synopsis

Alors qu’elle n’avait que huit ans, Isabelle Bellehumeur a sauvé la vie de sa mère qui était sous l’emprise de son mari, un policier alcoolique et maniaco-dépressif. La petite, traumatisée par cet évènement, ne se souvient de rien de sa vie avant ce fameux jour. Depuis, elle vit dans l’ombre des autres, sans jamais accepter le mérite, ni récolter le fruit de ses multiples efforts.

Aux prises avec des crises d’anxiété, de la dépression et des idées suicidaires, Isabelle essaie toutes les techniques imaginables pour s’en sortir. Ce n’est que lorsqu’elle découvre sa réelle raison d’être qu’elle choisit de vivre pleinement.

À propos de l’auteure

Nathalie Ayotte, née le 3 octobre 1968, se nourrissait d’écriture à l’adolescence. La vie adulte l’éloigna de sa source. Ce n’est qu’à quarante ans, affamée, qu’elle goûte au blogue et attire l’attention d’un éditeur qui publia son premier livre, Maître de mon univers. Depuis, sa faim des mots est inapaisable. Elle est membre active de plusieurs associations littéraires.

Vous pouvez visiter son site et suivre son blogue à l’adresse www.100inspirations.com

L’auteure dédie ce livre aux femmes et aux enfants de policiers, ainsi qu’à tous ceux et celles qui connaissent ou ont connu la violence conjugale, la dépression, l’anxiété, la confusion, le désespoir et les idées suicidaires.

Commentaires personnels sur cet ouvrage

Je salue le courage de Nathalie pour avoir voulu raconter son histoire personnelle. Son cheminement n’a pas été facile, mais son âme a grandi à travers les épreuves qu’elle a dû traverser. Je suis persuadé que cet ouvrage encouragera ceux et celles pris dans les filets de la dépression et de l’anxiété à continuer à marcher droit devant, car il finit toujours par y avoir de la lumière au bout du sombre tunnel. Félicitations Nathalie pour cet ouvrage.



La triste et touchante histoire du p’tit morceau de jambon

IMG_2318.JPG

A beautiful rainbow

Last Sunday around supper time, I went out for a walk with Fred. It had rained a few minutes earlier. I took this picture of the street I live on, with this beautiful rainbow in the sky.

IMG_2145.JPG

IMG_1686-0.PNG

IMG_1621.PNG

J’ai acheté le numéro du mois d’août 2014 du magazine Sélection Reader’s Digest, car il y avait un article sur l’écrivain Dany Laferrière (Des nouvelles de Dany Laferrière, par Aude Marie Marcoux, p.98-107). J’ai aimé la réponse de l’écrivain à la toute dernière question de l’entrevue:

Si nos lecteurs n’avaient qu’un livre à lire, lequel leur recommanderiez-vous?
Non, je ne recommande pas les choses aux gens. La bibliothèque mondiale est tellement grande. On ne peut pas vous montrer le chemin de la lecture. Frayez votre chemin vous-même. Si nous passons notre temps dans le fétichisme à lire les livres conseillés et à lire en même temps les mêmes livres, c’est d’une telle pauvreté pour une bibliothèque si grande. Il y a des milliards de livres depuis la nuit des temps et des livres qui attendent. Et puis si vous lisez un livre que les autres n’ont pas lu, ce n’est pas parce qu’il n’est pas bon, c’est parce que vous êtes plus curieux.




Ray_Bradbury_(1975)_-cropped-J’ai publié un nouvel article sur l’auteur américain Ray Bradbury sur le site Écrivains clandestins, cliquez sur ce lien pour lire l’article.














La Gazette de l’Outaouais – 10 juillet 2014, 21h52.

Un père de famille gatinois a eu toute une frousse jeudi en fin d’après-midi, alors que ses filles et lui-même étaient sur le chemin du retour à la maison et qu’ils accusaient un retard d’environ une demi-heure en raison du mozeus de traffic. Avant même d’être arrivées à destination, Gabrielle et Chloé, âgées respectivement de dix et sept ans, se sont mises à gémir et à se plaindre de fortes douleurs abdominales tellement elles avaient faim. À peine descendues du véhicule familial à l’arrivée au domicile, leur père a aussitôt tendu l’oreille près de leurs ventres: il a tout de suite su qu’il fallait agir vite.

- Ça faisait un drôle de bruit, comme un gargouillement monstrueux. Je savais que mes filles étaient sur le point de s’autodigérer. Je n’avais pas le temps de préparer un repas normal. Il fallait qu’elles mangent vite. Chaque minute comptait, dit Martin Dugas, le père, encore sous le choc de cette mésaventure.

- Même le chien a senti que quelque chose n’allait pas; il est parti se cacher dans le fond du garage, a-t-il ajouté.

C’est alors que le héros paternel s’est garoché dans la cuisine, a trouvé un paquet de saucisses surgelées dans le congélateur, quelques pains à hamburgers sur le comptoir ainsi que des crudités.

- L’idée m’est venue comme par magie. J’ai vu l’image du repas que je devais préparer dans ma tête. C’était un moment de pure clarté mentale, ajoute l’homme à la barbichette toujours bien taillée.

En moins de cinq minutes, Martin Dugas a révolutionné l’univers gastronomique en inventant le hot-durger, un hybride entre le hamburger et le hot-dog. Ses filles se sont ruées sur leurs hot-durgers, ketchup seulement, et, après avoir manifesté leur joie pour le menu original, elles les ont dévorés sur-le-champ.

L’exploit a monopolisé la twittosphère pendant toute la soirée. Lors d’un entretien téléphonique avec Monsieur Dugas en fin de soirée, il nous a confié qu’il comptait enregistrer une marque de commerce pour son nouveau repas.

hot-durgersGaby_Chloé_hot-durgers






Lorsque j’ai lu le dernier billet de l’auteure américaine Robyn Bradley, Creative Writing Tips: Inconvenience Your Readers, je l’ai trouvé tellement bon que j’ai voulu le traduire et le partager sur Écrivains Clandestins. Avec la permission de l’auteure (Thank you Robyn!), vous pouvez lire Dérangez vos lecteurs, la version française de son billet.




Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 42 other followers