Je vous écris de mon camion (de Sandra Doyon)

La semaine dernière j’ai lu le livre Je vous écris de mon camion de Sandra Doyon. J’en avais entendu parler et j’étais très curieux de le lire. J’ai été agréablement surpris! J’ai eu beaucoup de plaisir à lire les histoires de cette passionnée de la route… et de la vie! Voici le sommaire écrit sur la pochette arrière du livre:

« Je suis camionneuse. Le camion, c’est mon bureau, les routes de l’Amérique, mon territoire. Je travaille avec des millions de collègues qui sillonnent ces couloirs, le jour comme la nuit. Ma vie de tous les jours n’a rien d’ordinaire. Quand je me réveille, je suis toujours ailleurs. Mon bureau a une vue panoramique. J’aimerais vous emmener la voir avec moi. »

Sandra Doyon est une nomade des temps modernes. A bord de son 40 tonnes, elle sillonne les routes d’Amérique du Nord depuis l’an 2000. En 10 ans, elle a fait 75 fois le tour de la Terre. C’est plus de 3 000 000 de kilomètres.

C’est aussi une raconteuse, une auteure inspirée et inspirante. Au fil des kilomètres, elle nous livre des anecdotes impromptues et ses rencontres avec des gens hors de l’ordinaire. Elle peint la réalité avec ses mots, y ajoute une touche de poésie, une pointe d’humour. Sous sa plume, les paysages prennent vie et la route, du caractère. Un parcours étonnant à suivre.

Il m’est déjà arrivé de me demander comment les camionneurs faisaient pour être sur la route tout le temps? Est-ce qu’ils trouvent cela ennuyeux? Comment font-ils pour ne pas s’endormir au volant? Après avoir lu ce livre et les récits de Sandra, je dois avouer que je les vois tout autrement. Transporter des marchandises d’un bord à l’autre du continent, traverser plusieurs saisons en quelques jours seulement, se battre contre la montre, se battre contre les éléments qui se déchaînent parfois, connaître ses propres limites physiques, porter secours à ses confrères. Ce ne sont là que quelques aspects de ce métier.

Sandra a une très belle plume. À travers ses anecdotes, on découvre un être sensible qui mord dans la vie à belles dents et qui savoure chaque moment comme s’il était le plus précieux des fruits. Elle décrit la réalité et son univers avec une pincée de poésie qui fait toute la différence.

Voici quelques extraits de son livre qui m’ont touché:

« Pour moi, la pure liberté, c’est d’avoir sa tête entièrement à soi. Conduire un camion sur les autoroutes, c’est libérer son esprit. Mes pensées peuvent vagabonder comme bon leur semble, rien ne vient les déranger. Et même si je suis toute confinée dans ma minuscule capsule, la route possède le pouvoir de me mettre dans cet état méditatif où j’arrive à agrandir mon espace mental à force de la regarder, droit devant. Je garde le cap comme un capitaine et je pense. La route m’absorbe. La route m’inspire. »

« Pour nous, les nomades du transport, les saisons ne sont pas étalées dans le temps, elles le sont dans l’espace. À mesure que j’avance, je me déplace à travers les saisons qui transforment ma route et mes paysages. »

L’extrait suivant est véritablement mon préféré:

« Buffet pour oiseaux

Ma baleine et moi sommes attendues. Je l’amène couverte d’insectes, pour la plus grande joie des oiseaux locaux. Du haut des airs, ils guettent les arrivages frais. Dès qu’ils me voient entrer aux pompes de ravitaillement, ils analysent ma grille de radiateur en faisant les becs fins. Je leur présente un régal d’insectes grillés sur un plateau chromé. Ils volent de capot en capot, cherchant les meilleurs mets. Le va-et-vient constant des camions qui proviennent de toute l’Amérique leur offre un choix incroyable parmi les bibittes les plus exotiques, servies toutes chaudes, sans qu’ils aient à voler bien loin, un peu comme quand on va à l’épicerie et qu’on trouve des fruits du monde entier sans jamais devoir aller aux champs soi-même. Je crois avoir la plus belle assiette de toutes les pompes! Cette fois, j’ai des libellules, des papillons entiers et une variété de mouches et de moustiques qui viennent du Sud. Les connaisseurs se régalent et, moi, je souris de satisfaction d’avoir cuisiné sur autant de kilomètres pour arriver à un pareil festin! »

Tellement bien écrit. J’adore!

Il y a également quelques courtes citations parsemées çà et là tout au long du livre. En voici quelques unes qui m’ont charmé:

« Une coccinelle m’accompagne, je la prends dans une ville et je la dépose dans une autre. Transport en commun. »

« Le ciel était noir, les flocons comme des météorites. Nous avons été bombardés toute la nuit. J’ai fait la guerre des étoiles au volant de ma navette. »

« On a traversé la pluie, on a traversé la neige, on a franchi les montagnes et on a franchi les plaines, on revient avec des oranges. Fiers. Tant de diversité sur ce continent! Bientôt dans vos marchés! »

« Lueur bleue dans le ciel. J’inspire. J’expire. Pour que mes idées respirent. Début d’une nouvelle journée. »

« Bruit sourd et stable du moteur, paysages qui défilent, route qui s’allonge. C’est mon habitacle, c’est mon espace de méditation. Aaavroummmmmmm! »

Un excellent livre qui nous amène à voir les différentes facettes du métier de camionneur. On ne s’en rend peut-être pas compte, mais ceux-ci jouent un rôle important dans l’économie d’un pays. Cette lecture m’a aussi permis de découvrir une nouvelle auteure très talentueuse. J’ai bien hâte de lire ses prochaines aventures!

Bonne lecture!


Vous pouvez suivre Sandra Doyon:
Sur son blogue: http://camionneuse.blogspot.ca/
Sur son compte Twitter: Sandra Doyon @camionneuse
Sur sa page Facebook: Camionneuse, Sandra Doyon