Category: Critique de livre


J’ai lu l’ouvrage “Bird by Bird – Some Instructions on Writing and Life” d’Anne Lamott, une écrivaine américaine. Un excellent livre, je le recommande à tous les auteur(e)s. (hélas, je ne crois pas qu’il ait été traduit en français). Lorsque j’ai lu l’extrait suivant, je me suis rendu compte à quel point c’est vrai qu’on ne lit plus jamais un livre de la même manière lorsqu’on devient un auteur.

“Becoming a writer can also profoundly change your life as a reader. One reads with a deeper appreciation and concentration, knowing now how hard writing is, especially how hard it is to make it look effortless. You begin to read with a writer’s eyes. You focus in a new way. You study how someone portrays his or her version of things in a way that is new and bold and original. You notice how a writer paints in a mesmerizing character or era for you, without your having the sense of being given a whole lot of information, and when you realize how artfully this has happened, you may actually put the book down for a moment and savor it, juste taste it.” 

 

Advertisements

LeSafariDeLaVie_cover
Le safari de la vie
par John P. Strelecky

© Les Éditions Le Dauphin Blanc inc., 2010 pour la version française
Tous droits réservés pour tous les territoires francophones
Traduit de l’américain par Alain Williamson



« Il y a, dans notre âme, un lieu où nous nourrissons nos plus grands désirs. Ces désirs sont nos Cinq Grands Rêves de vie. »
– Ma Ma Gombé

De l’auteur du best seller international, Le Why Café, nous vient une histoire étonnante et inspirante.

Jack, un jeune homme cherchant le bonheur, répond à un appel intérieur intense et se rend en Afrique. Il y fait la rencontre d’une vieille femme, Ma Ma Gombé, elle-même à la poursuite de sa quête personnelle. Contre toute attente, Ma Ma Gombé devient le guide de Jack alors qu’ils traversent le continent africain à pieds. À travers la sagesse de Ma Ma Gombé et les enseignements que lui fournit l’Afrique, Jack retrouve le sens de sa vie et apprend l’importance des Cinq Grands Rêves de vie.



Fidèle à sa réputation, John P. Strelecky nous offre une fois de plus une histoire merveilleuse et profonde, cette fois-ci dans un cadre dépaysant et mystérieux. Ce petit livre surprendra et inspirera les lecteurs à découvrir et à réaliser leurs Cinq Grands Rêves de vie.

À propos de l’auteur

John P. Strelecky excelle dans l’art d’aider les gens à améliorer leur vie. Par ses écrits, par ses conférences et par ses apparitions à la télévision et à la radio, il a rejoint et influencé des millions de personnes. Il a récemment été reconnu, et même temps que Oprah Winfrey, Lance Armstrong et Deepak Chorpa, comme l’une des 100 personnes ayant le plus d’influence dans le domaine du leadership et du développement personnel. Il détient une maîtrise du Kellogg Graduate School of Business de l’Université Northwestern. Son premier livre, Le Why Café, est un succès international. Il vit à Orlando en Floride, mais voyage à travers le monde régulièrement.

Commentaires personnels sur cet ouvrage

Ce livre est une quête pour le lecteur. Les paroles de sagesse de Ma Ma Gombé m’ont fait réfléchir.

Voici quelques uns de mes extraits préférés:

Sur le moment présent:
« Si nous nous tracassons continuellement sur ce qui arrivera après, nous sacrifions l’occasion d’être en relation avec ce qui se passe autour de nous. On ne peut jamais aller dans le futur, jeune Jack. Lorsqu’on l’atteint, ce n’est déjà plus le futur, c’est devenu le présent. Alors, soit nous profitons de la vie au moment où elle se déroule, soit nous nous préparons constamment à en profiter. »

Sur la vie en général:
« Parfois, la vie n’est pas une route tranquille, mais ce n’est pas une raison pour nous arrêter. Nous devenons plus forts à chaque pas vers l’avant, et nous nous affaiblissons lorsque nous ne progressons pas. […] Lorsque nous avançons, nous devenons plus forts. Nos peurs sont repoussées. Et vient le jour où nous avons tellement progressé que même la mort ne nous effraie pas. »

Sur nos rêves:
« Rappeler-vous, mes petits, que chaque grande réalisation de vie commence par un rêve. Et un rêve n’est rien d’autre qu’une réalité désirant se manifester. »

Lorsqu’il nous arrive quelque chose et que nous avons peur:
« Je sais que tu es effrayé, jeune Jack, mais retourner dans le passé ne changera rien. Lorsque tu affrontes un défi dans la vie, et que tu as fait tout ce qui était possible de faire pour le surmonter, tu dois te détacher de ce qui arrivera par la suite. Ça ne t’est d’aucun secours de t’inquiéter pour l’avenir ni de ressasser tout ce que tu as fait auparavant. Dans de tels moments – dans ce moment-ci – tu dois simplement être, et laisser agir l’Univers tel qu’il se doit. »

« […] C’est souvent comme ça dans la vie. Nous ne pouvons gravir une montagne simplement en le souhaitant. Et, peu importe que nous ayons peur des hauteurs, nous ne pouvons descendre de la montagne simplement en le souhaitant. Mais, si nous faisons le premier pas et que nous continuons à faire un pas à la fois, il n’y a nulle part où nous ne pouvons aller. »

Un petit bijou, ce livre.

Je vous invite également à lire Le Why Café du même auteur.

Lien pour visiter le site internet de l’auteur: http://www.whycafe.com/



LeWhyCafé_cover

Le Why Café
par John P. Strelecky

© Les Éditions Le Dauphin Blanc inc., 2009
Tous droits réservés pour tous pays francophones
Traduit de l’américain par Alain Williamson

Pour fuir le stress et la pression au travail et dans la vie quotidienne, John prend la route pour quelques jours de vacances. Retardé par un accident, il se voit contraint de modifier son itinéraire et d’emprunter un chemin inconnu et isolé sur lequel il se perd. Contre toute attente, alors qu’il est sur le point de manquer d’essence et qu’il est affamé, il aboutit à un café au milieu de nulle part et dans lequel il fait la connaissance de trois personnes qui l’amèneront à réfléchir sur la vie d’un point de vue différent. Mais surtout, il découvre sur le menu du café trois questions qui le porteront à réévaluer sa propre existence :

Pourquoi êtes-vous ici?
Craignez-vous la mort?
Êtes-vous pleinement épanoui?

De discussion en discussion, de réflexion en réflexion, l’homme voit sa vision de la vie se transformer. Lorsqu’il quitte le café, tard dans la nuit, il sait qu’il ne sera plus jamais le même homme et que sa vie vient de prendre un tournant majeur.
Best seller international vendu à plus de 300 000 exemplaires et traduits en 18 langues, Le Why café est une histoire au sujet des occasions que l’on trouve à la croisée des chemins. Ce livre, véritable phénomène international de l’édition, surprendra et inspirera les lecteurs qui, dans la foulée du personnage principal, partiront eux aussi à la découverte d’eux-mêmes et transformeront leur propre existence.

À propos de l’auteur

John P. Strelecky excelle dans l’art d’aider les gens à améliorer leur vie. Par ses écrits, par ses conférences et par ses apparitions à la télévision et à la radio, il a rejoint et influencé des millions de personnes. Il a récemment été reconnu, et même temps que Oprah Winfrey, Lance Armstrong et Deepak Chorpa, comme l’une des 100 personnes ayant le plus d’influence dans le domaine du leadership et du développement personnel. Il détient une maîtrise du Kellogg Graduate School of Business de l’Université Northwestern. Le Why café est son premier livre. Il en a écrit deux autres depuis. Il vit à Orlando en Floride, mais voyage à travers le monde régulièrement.

Commentaires personnels sur cet ouvrage

Pourquoi suis-je ici, sur cette terre?
Et quelle est ma raison d’être?

Est-ce que, tout comme moi, vous vous êtes déjà posé ces questions? Pour ma part, je connais déjà une partie de la réponse: la vie est une école où l’on vit une multitude d’expériences qui nous permettent de se réaliser et de faire grandir notre âme. Mais comment savoir ce qu’on doit réellement faire pour maximiser nos apprentissages tout au long de notre séjour sur cette planète? Comment savoir ce que nous sommes réellement destinés à faire, à accomplir? À cela, chacun doit trouver sa propre réponse…

Ce livre m’a fait réfléchir.

Si je ne suis pas en résonnance avec ce que je veux faire, je peux facilement gaspiller mon énergie à faire plein de choses… qui ne sont aucunement reliées à ce que je veux réellement faire. Ceci veut aussi dire que lorsque les occasions de faire ce que je veux faire se présentent, il arrive parfois que je n’ai plus la force (ou l’énergie) ou le temps de les accomplir.

Ça semble songé, voir philosophique, n’est-ce pas? Mais pourtant, c’est tout à fait logique.

Le passage suivant, extrait d’une conversation entre Casey et John, deux personnages de l’histoire, m’a fait réfléchir davantage:

« … J’ai réalisé que, dans la vie, les vagues qui venaient en face de moi étaient composées des gens, des activités et de choses qui essayaient de capturer mon attention, mon énergie et mon temps, mais qui n’étaient pas associées à ma raison d’être. Les vagues qui retournent à la mer sont les gens, les activités et les choses qui peuvent m’aider à réaliser ma raison d’être. En conséquence, plus je dépense de temps et d’énergie sur les vagues qui vont vers la plage, moins j’ai de temps et d’énergie pour celles qui retournent vers la mer.

Une fois que j’ai compris cela, j’ai vu les choses sous une perspective différente. Je suis devenue plus sélective au sujet des raisons et de l’intensité de ma nage. »

Êtes-vous parmi ceux et celles qui attendent la retraite pour faire les choses qui les passionnent et qu’ils ont réellement le goût de faire? Pourquoi ces gens passent-ils autant de temps à se préparer pour le jour où ils pourront faire ce qu’ils veulent faire au lieu de tout simplement faire ce qu’ils veulent dès maintenant?

En terminant, voici mes phrases préférées de cet ouvrage:

« La vie est une histoire formidable. Seulement, les gens ne réalisent pas qu’ils en sont les auteurs et qu’ils peuvent l’écrire comme ils la veulent. »

Je vous invite également à lire l’article “The Story Behind the Story” (en anglais seulement). Très intéressant!

Lien pour visiter le site internet de l’auteur: http://www.whycafe.com/


Merci à Olivier de m’avoir prêté cet excellent ouvrage!



YaPasDeSouci_cover

Y’a pas de souci!
par Michèle Bourgon
© 2014 par Les Éditions du Vermillon

Une résidence d’auteure en France? Trois mois en Petite Camargue et en Bourgogne? Oh là là!

Deux copines, Michèle et Danièle, vont à la rencontre de la Vieille France, de sa liberté, de son égalité, de sa fraternité, et découvrent les beautés, la culture, la gastronomie, le vin (y’a certainement un hic, là), mais aussi les aléas de l’existence dans le pays de leurs aïeux.

Suivez leurs aventures rocambolesques sur les pas de Montcalm, de saint Louis, de Philippe le Hardi, de Jeanne d’Arc ou de Marie-Madeleine. D’une aventure à l’autre, d’une surprise à un éclat de rire, accompagnez-les en levant votre coupe de Bourgogne ou de rosé de Provence, tapissez votre baguette de pain craquante et odorante des meilleurs fromages au lait cru, et dégustez.

Tournez les pages de ce livre plein d’humour et d’amour et souriez à la vie parce que, les Français ont raison : Y’a pas de souci!

À propos de l’auteure

Michèle Bourgon est professeure de littérature. Nouvelliste, poétesse, conférencière et blogueuse, directrice du concours littéraire Des nouvelles de Gatineau, elle consacre sa vie à sa passion, la langue française. Plusieurs de ses textes ont été publiés dans des revues au Québec, en France et en Belgique. Elle est l’auteure de Fatum! (recueil de nouvelles) publié aux Éditions du Vermillon.

Vous pouvez visiter son blogue Les humeurs de la Mère Michèle à l’adresse https://bourgonm.wordpress.com/


Commentaires personnels sur cet ouvrage

Quelle agréable lecture! J’ai ri à plusieurs reprises. Michèle Bourgon a écrit six nouvelles (inspirées de particularités culturelles de Vézelay) durant son séjour de résidence d’auteure en France; j’ai bien hâte de les lire! (Je vous recommande également de lire l’excellent Fatum!, son recueil de nouvelles portant sur le même thème: la fatalité).



FilleDeFlic_cover

Fille de flic – En quête d’âme
par Nathalie Ayotte
© 2014 par 100 inspirations, Éditions

Synopsis

Alors qu’elle n’avait que huit ans, Isabelle Bellehumeur a sauvé la vie de sa mère qui était sous l’emprise de son mari, un policier alcoolique et maniaco-dépressif. La petite, traumatisée par cet évènement, ne se souvient de rien de sa vie avant ce fameux jour. Depuis, elle vit dans l’ombre des autres, sans jamais accepter le mérite, ni récolter le fruit de ses multiples efforts.

Aux prises avec des crises d’anxiété, de la dépression et des idées suicidaires, Isabelle essaie toutes les techniques imaginables pour s’en sortir. Ce n’est que lorsqu’elle découvre sa réelle raison d’être qu’elle choisit de vivre pleinement.

À propos de l’auteure

Nathalie Ayotte, née le 3 octobre 1968, se nourrissait d’écriture à l’adolescence. La vie adulte l’éloigna de sa source. Ce n’est qu’à quarante ans, affamée, qu’elle goûte au blogue et attire l’attention d’un éditeur qui publia son premier livre, Maître de mon univers. Depuis, sa faim des mots est inapaisable. Elle est membre active de plusieurs associations littéraires.

Vous pouvez visiter son site et suivre son blogue à l’adresse www.100inspirations.com

L’auteure dédie ce livre aux femmes et aux enfants de policiers, ainsi qu’à tous ceux et celles qui connaissent ou ont connu la violence conjugale, la dépression, l’anxiété, la confusion, le désespoir et les idées suicidaires.

Commentaires personnels sur cet ouvrage

Je salue le courage de Nathalie pour avoir voulu raconter son histoire personnelle. Son cheminement n’a pas été facile, mais son âme a grandi à travers les épreuves qu’elle a dû traverser. Je suis persuadé que cet ouvrage encouragera ceux et celles pris dans les filets de la dépression et de l’anxiété à continuer à marcher droit devant, car il finit toujours par y avoir de la lumière au bout du sombre tunnel. Félicitations Nathalie pour cet ouvrage.



Quand l'Éverest nous tombe sur la tête
Le 8 mars 2012, Marie-Sol St-Onge a été foudroyée par une infection au streptocoque de type A (communément appelée bactérie mangeuse de chair) et a dû subir l’amputation d’une partie de chacun de ses membres. Sa vie a basculé et, par ricochet, celle du noyau familial : son conjoint de longue date Alin Robert et leurs deux garçons, Ludovic et Louis-Matis.

Imaginez que vous vous rendez à l’urgence pour des difficultés respiratoires, qu’on vous plonge dans un coma artificiel et qu’à votre réveil, on vous dit non seulement que vous avez frôlé la mort, mais que vous allez être amputé de vos membres. Comment réagiriez-vous?

Ce livre, que Marie-Sol et Alin ont co-écrit ensemble, est le récit des évènements qui sont survenus, en ordre chronologique à partir de l’année précédant le drame où tout allait pour le mieux, jusqu’à la période de réadaptation après les amputations.


Résumé du l’ouvrage (tiré de la couverture arrière du livre) :

Ce récit, tout en montagnes russes, raconte de quelle façon une jeune famille a réussi à affronter, avec amour et résilience, les obstacles qui se sont élevés soudainement sur leur route. Vous suivrez à la fois le parcours d’une artiste-peintre et celui de son conjoint, qui voit l’être aimé subir brusquement une quadruple amputation. La maladie causée par la bactérie mangeuse de chair a coïncidé avec le moment où ce couple réalisait enfin leurs objectifs de vie.

Cette histoire touchante, empreinte de courage et de détermination, présente une recette de bonheur toute simple pour parvenir à traverser des épreuves, aussi grandes puissent-elles être. Vivre le moment présent, entouré de ceux qu’on aime, devient la seule priorité quand l’Éverest nous tombe sur la tête.

LA FORCE MENTALE PEUT CONQUÉRIR TOUS LES DÉFIS, MÊME CEUX QUI SEMBLENT INSURMONTABLES.

Marie-Sol et Alin – Une histoire de résilience et d’amour


Voici un extrait du livre que j’ai particulièrement aimé :

Jour 52 – Alin
« […] Cette femme est non seulement une battante, mais elle surtout dotée d’une soif de vivre comme il ne m’a jamais été permis de le voir. Sol, tu es ma douce moitié, mais tu es surtout une inspiration pour moi. Je t’aime mon cœur, et je serai toujours là pour toi. Tu peux compter sur moi. »


Deux ans se sont écoulés depuis la terrible tragédie. La vie a repris son cours. Et Marie-Sol, une artiste-peintre très talentueuse, a recommencé à peindre à l’aide de ses prothèses myoélectriques. Incroyable.

À mes yeux, ce couple représente une source d’inspiration. Leur histoire touchante a rejoint un grand nombre de personnes. Après avoir lu leur livre, mon petit doigt me dit qu’on verra sûrement un jour l’histoire d’amour et de courage de Marie-Sol et Alin au grand écran.

En terminant, voici une citation tirée du livre que j’aime beaucoup et qui m’a fait réfléchir :
« Prenez le temps de vivre. La vie n’est pas une course, car si c’est le cas, nous ne voulons pas la gagner, parce qu’à la fin, le prix est vraiment dérisoire. C’est la mort… »
– Alin Robert


Voici quelques liens intéressants :

Article « La vie est belle » de Marie-Josée Montminy publié le 24 mars 2014 sur LaPresse.ca (Le Nouvelliste)
http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/201403/24/01-4750632-la-vie-est-belle.php

Suivez Marie-Sol sur Facebook :
https://www.facebook.com/pages/Aidez-Marie-Sol/212850812150989

La chaîne d’Alin Robert sur YouTube (où l’on retrouve plusieurs vidéos de la réadaptation de Marie-Sol)
http://www.youtube.com/channel/UCqEhog1ee-teIUZdKmeXhYg

Le site internet Les Illusarts, l’entreprise fondée par Marie-Sol St-Onge et Alin Robert en 2011:
http://lesillusarts.com





âme_éternelleBien avant le décès de mon père en décembre dernier, je m’intéressais déjà aux mystères de la vie. J’ai toujours eu cette curiosité, soit celle de comprendre le sens de notre existence et ce qui se passe lorsque nous quittons ce monde. Pourquoi? Je l’ignore. Je suis curieux, c’est tout.

Il y a quelques mois, je suis tombé par hasard sur ce livre de Lisa Williams. Je ne savais même pas qui elle était. Le titre de son livre a piqué ma curiosité. Je ne l’ai pas acheté sur le coup. Je suis retourné au magasin quelques semaines plus tard et je l’ai acheté. Je ne l’ai pas lu immédiatement, j’ai attendu un certain temps avant de plonger dedans. Je me demandais si ce livre allait contrecarrer mes hypothèses ou s’il allait les confirmer. Ce n’est que cette semaine que j’en ai terminé la lecture. Un livre très intéressant.

Je suis d’avis que nous ne sommes pas ici sur terre par pur hasard. Au contraire, notre existence a pour objectif de nous faire évoluer et grandir. Tout ce que nous vivons, nos expériences, nos victoires, nos défaites, nos épreuves difficiles, tout cela existe pour nous permettre de nous parfaire. J’en suis convaincu.

Voici quelques extraits du livre qui m’ont fait réfléchir:

« Les coïncidences n’existent pas, dit-on, et rien n’arrive sans raison. »

« […] tout ce que la vie vous envoie, même les épreuves […] vous est donné pour une raison particulière et avec un but précis. Sachez que vous avez vous-même planifié cette incarnation exactement comment elle se déroule et que vous avez tout organisé avant de venir sur cette planète: cela fait partie du plan d’évolution de votre âme. La reconnaissance de cette réalité rendra votre vie sur terre et dans l’au-delà plus harmonieuse et beaucoup plus agréable. […] La vérité est que ce que vous avez en ce moment – vos biens, vos relations et votre situation, peu importe ses difficultés – correspond exactement à ce que vous étiez censé avoir. »

« Les gens sur terre se demandent souvent pourquoi leur vie est si difficile, mais il est rare qu’ils comprennent que ces épreuves ont peut-être une raison d’être. […] Les défis présentent toujours des leçons que nous devons apprendre et il nous revient de les accepter, même en ne les comprenant pas sur le moment. Quel que soit votre tourment, sachez qu’il est présent dans votre vie pour vous enseigner quelque chose. »

Il n’y a aucun hasard dans la vie. Tout arrive pour une raison bien spécifique.

Je ne vous en dis pas plus. Une lecture très enrichissante!


À propos de l’auteure

Lisa Williams est connue et aimée à travers le monde pour ses talents de médium et de clairvoyante grâce auxquels elle possède l’étonnante faculté de communiquer avec ceux qui sont passés de l’autre côté. Née en Angleterre, Lisa a été découverte par Merv Griffin et présentée au public lors des deux saisons de sa propre émission populaire, Lisa Williams, dialogue avec les morts, suivie de Lisa Williams, Voices from the Other Side et Lisa Williams Live. Toutes ces séries sont maintenant diffusées à travers le monde.

Voici le texte sur la partie arrière (couverture) du livre:

Que pouvons-nous apprendre sur l’au-delà? Qu’arrive-t-il à nos chers disparus? Comment passons-nous dans l’au-delà? Qu’arrive-t-il à notre âme? Voilà autant d’interrogations qui trouveront des réponses dans ce livre percutant et captivant de Lisa Williams.

Médium et clairvoyante de réputation internationale, Lisa Williams possède l’étonnante capacité de communiquer avec les parents et amis passés dans l’au-delà. Si vous voulez connaître le sort de vos chers disparus et découvrir la vérité sur le cheminement de l’âme, vous serez rassuré d’apprendre, grâce à ce livre, que la mort n’est pas une fin, mais plutôt une étape transitoire menant à l’autre monde, un endroit que l’on devrait honorer et non craindre.

Grâce à ses pouvoirs psychiques uniques de médium et de clairvoyante, Lisa répond à une myriade de questions que lui posent les gens sur l’au-delà et présente des comptes rendus de première main sur son expérience de mort imminente et ce qu’elle lui a révélé de l’autre monde, sur ses échanges avec son guide spirituel et les royaumes sublimes qui lui ont été dévoilés ainsi que sur la voie menant à l’au-delà et à la réincarnation. Elle nous enseigne les différents stades de la traversée de la mort et nous révèle à quoi la vie de l’autre côté ressemble vraiment.

Je vous écris de mon camion (de Sandra Doyon)

La semaine dernière j’ai lu le livre Je vous écris de mon camion de Sandra Doyon. J’en avais entendu parler et j’étais très curieux de le lire. J’ai été agréablement surpris! J’ai eu beaucoup de plaisir à lire les histoires de cette passionnée de la route… et de la vie! Voici le sommaire écrit sur la pochette arrière du livre:

« Je suis camionneuse. Le camion, c’est mon bureau, les routes de l’Amérique, mon territoire. Je travaille avec des millions de collègues qui sillonnent ces couloirs, le jour comme la nuit. Ma vie de tous les jours n’a rien d’ordinaire. Quand je me réveille, je suis toujours ailleurs. Mon bureau a une vue panoramique. J’aimerais vous emmener la voir avec moi. »

Sandra Doyon est une nomade des temps modernes. A bord de son 40 tonnes, elle sillonne les routes d’Amérique du Nord depuis l’an 2000. En 10 ans, elle a fait 75 fois le tour de la Terre. C’est plus de 3 000 000 de kilomètres.

C’est aussi une raconteuse, une auteure inspirée et inspirante. Au fil des kilomètres, elle nous livre des anecdotes impromptues et ses rencontres avec des gens hors de l’ordinaire. Elle peint la réalité avec ses mots, y ajoute une touche de poésie, une pointe d’humour. Sous sa plume, les paysages prennent vie et la route, du caractère. Un parcours étonnant à suivre.

Il m’est déjà arrivé de me demander comment les camionneurs faisaient pour être sur la route tout le temps? Est-ce qu’ils trouvent cela ennuyeux? Comment font-ils pour ne pas s’endormir au volant? Après avoir lu ce livre et les récits de Sandra, je dois avouer que je les vois tout autrement. Transporter des marchandises d’un bord à l’autre du continent, traverser plusieurs saisons en quelques jours seulement, se battre contre la montre, se battre contre les éléments qui se déchaînent parfois, connaître ses propres limites physiques, porter secours à ses confrères. Ce ne sont là que quelques aspects de ce métier.

Sandra a une très belle plume. À travers ses anecdotes, on découvre un être sensible qui mord dans la vie à belles dents et qui savoure chaque moment comme s’il était le plus précieux des fruits. Elle décrit la réalité et son univers avec une pincée de poésie qui fait toute la différence.

Voici quelques extraits de son livre qui m’ont touché:

« Pour moi, la pure liberté, c’est d’avoir sa tête entièrement à soi. Conduire un camion sur les autoroutes, c’est libérer son esprit. Mes pensées peuvent vagabonder comme bon leur semble, rien ne vient les déranger. Et même si je suis toute confinée dans ma minuscule capsule, la route possède le pouvoir de me mettre dans cet état méditatif où j’arrive à agrandir mon espace mental à force de la regarder, droit devant. Je garde le cap comme un capitaine et je pense. La route m’absorbe. La route m’inspire. »

« Pour nous, les nomades du transport, les saisons ne sont pas étalées dans le temps, elles le sont dans l’espace. À mesure que j’avance, je me déplace à travers les saisons qui transforment ma route et mes paysages. »

L’extrait suivant est véritablement mon préféré:

« Buffet pour oiseaux

Ma baleine et moi sommes attendues. Je l’amène couverte d’insectes, pour la plus grande joie des oiseaux locaux. Du haut des airs, ils guettent les arrivages frais. Dès qu’ils me voient entrer aux pompes de ravitaillement, ils analysent ma grille de radiateur en faisant les becs fins. Je leur présente un régal d’insectes grillés sur un plateau chromé. Ils volent de capot en capot, cherchant les meilleurs mets. Le va-et-vient constant des camions qui proviennent de toute l’Amérique leur offre un choix incroyable parmi les bibittes les plus exotiques, servies toutes chaudes, sans qu’ils aient à voler bien loin, un peu comme quand on va à l’épicerie et qu’on trouve des fruits du monde entier sans jamais devoir aller aux champs soi-même. Je crois avoir la plus belle assiette de toutes les pompes! Cette fois, j’ai des libellules, des papillons entiers et une variété de mouches et de moustiques qui viennent du Sud. Les connaisseurs se régalent et, moi, je souris de satisfaction d’avoir cuisiné sur autant de kilomètres pour arriver à un pareil festin! »

Tellement bien écrit. J’adore!

Il y a également quelques courtes citations parsemées çà et là tout au long du livre. En voici quelques unes qui m’ont charmé:

« Une coccinelle m’accompagne, je la prends dans une ville et je la dépose dans une autre. Transport en commun. »

« Le ciel était noir, les flocons comme des météorites. Nous avons été bombardés toute la nuit. J’ai fait la guerre des étoiles au volant de ma navette. »

« On a traversé la pluie, on a traversé la neige, on a franchi les montagnes et on a franchi les plaines, on revient avec des oranges. Fiers. Tant de diversité sur ce continent! Bientôt dans vos marchés! »

« Lueur bleue dans le ciel. J’inspire. J’expire. Pour que mes idées respirent. Début d’une nouvelle journée. »

« Bruit sourd et stable du moteur, paysages qui défilent, route qui s’allonge. C’est mon habitacle, c’est mon espace de méditation. Aaavroummmmmmm! »

Un excellent livre qui nous amène à voir les différentes facettes du métier de camionneur. On ne s’en rend peut-être pas compte, mais ceux-ci jouent un rôle important dans l’économie d’un pays. Cette lecture m’a aussi permis de découvrir une nouvelle auteure très talentueuse. J’ai bien hâte de lire ses prochaines aventures!

Bonne lecture!


Vous pouvez suivre Sandra Doyon:
Sur son blogue: http://camionneuse.blogspot.ca/
Sur son compte Twitter: Sandra Doyon @camionneuse
Sur sa page Facebook: Camionneuse, Sandra Doyon